No image

Messe les 3 prêtres à vos intentions

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Au cinquième jour de cette octave pascale peut-être partageons-nous les sentiments des disciples. Pendant les jours de la Passion, notre sensibilité était portée par la liturgie : Il était là, offrant sa vie pour nous. Depuis Pâques, certes Il est ressuscité… mais à vrai dire, il ne se passe plus grand-chose. De plus, cette année nous ne pouvons même pas nous réunir, comme le font les Apôtres ici. Jésus est vraiment ressuscité… mais que faire avec cette Bonne Nouvelle, alors que nous sommes toujours confinés, ou menacés par ce virus ? Simon-Pierre tranche : il décide de retourner à son activité professionnelle. Il prend la barque, suivi par ses compagnons. Rien, pas un poisson ! Leur pêche reste stérile. À l’ennui s’ajoute la déception : même ce qu’ils savaient faire avant ne leur offre plus de consolation. C’est alors que Jésus ressuscité, par miséricorde pour ces hommes qui assurent les premiers pas de l’Église, se montre à eux. Du seul fait de sa Présence, parce qu’ils décident d’obéir à cet étranger, leur travail devient fécond. Leur acte de foi jaillit alors :&nbsp;<em>« C’est le Seigneur ! »</em>&nbsp;Ce Seigneur qui n’avait pas besoin de leur pêche –&nbsp;le déjeuner est déjà prêt !&nbsp;– a voulu, comme au temps de sa vie terrestre, agir dans leur vie, à partir d’eux. N’avons-nous pas ici le secret de la grâce du Temps pascal ? Apprendre à vivre nos activités les plus concrètes appuyés sur Jésus, bien vivant : Lui seul donne fécondité à nos actes les plus quotidiens, moyennant notre foi.&nbsp;&nbsp;

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

  • Messe les 3 prêtres à vos intentions
  • 2020-04-17T11:30:00+02:00
  • 2020-04-17T11:55:00+02:00
  • Au cinquième jour de cette octave pascale peut-être partageons-nous les sentiments des disciples. Pendant les jours de la Passion, notre sensibilité était portée par la liturgie : Il était là, offrant sa vie pour nous. Depuis Pâques, certes Il est ressuscité… mais à vrai dire, il ne se passe plus grand-chose. De plus, cette année nous ne pouvons même pas nous réunir, comme le font les Apôtres ici. Jésus est vraiment ressuscité… mais que faire avec cette Bonne Nouvelle, alors que nous sommes toujours confinés, ou menacés par ce virus ? Simon-Pierre tranche : il décide de retourner à son activité professionnelle. Il prend la barque, suivi par ses compagnons. Rien, pas un poisson ! Leur pêche reste stérile. À l’ennui s’ajoute la déception : même ce qu’ils savaient faire avant ne leur offre plus de consolation. C’est alors que Jésus ressuscité, par miséricorde pour ces hommes qui assurent les premiers pas de l’Église, se montre à eux. Du seul fait de sa Présence, parce qu’ils décident d’obéir à cet étranger, leur travail devient fécond. Leur acte de foi jaillit alors :&nbsp;<em>« C’est le Seigneur ! »</em>&nbsp;Ce Seigneur qui n’avait pas besoin de leur pêche –&nbsp;le déjeuner est déjà prêt !&nbsp;– a voulu, comme au temps de sa vie terrestre, agir dans leur vie, à partir d’eux. N’avons-nous pas ici le secret de la grâce du Temps pascal ? Apprendre à vivre nos activités les plus concrètes appuyés sur Jésus, bien vivant : Lui seul donne fécondité à nos actes les plus quotidiens, moyennant notre foi.&nbsp;&nbsp;