Edito - 6 Novembre 2016

Édito du dimanche 6 novembre 2016 par le père Gérard Faure.

Dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12 novembre, quelques 200 lycéens
marcheront depuis  St André de Cubzac jusqu’à  Bourg en Gironde, en passant
par le chemin des écoliers (normal, se sont des lycéens !). Cette marche se   
faisait autrefois dans la nuit des Rameaux, et nous l’appelions Marche Pascale
des Lycéens. Nous l’appelons  toujours ainsi et nous sommes souvent repris :
« Mais ce n’est pas Pâques » Si, c’est Pâques. Pâques, c’est le passage de la nuit
au jour. L’idéal serait de passer ainsi du samedi au dimanche, premier jour de la
semaine . Tenant compte du calendrier de cette année les organisateurs ont
profité de la proximité du jour férié du 11 novembre,  mais c’est bien par une
messe célébrée à l’aube que ce conclura cette marche qui partira vers 17h 30
de l’église de St André.

Quelle idée ! Marcher toute la nuit ! Mais pourquoi faire ?
Pour faire l’expérience de Pâques. À une époque ou beaucoup de jeunes vivent,
à tort ou à raison, la nuit; les catholiques ont tendance à l’abandonner ! Messes
de minuit à 19 heures, vigiles pascales avant que la nuit soit tombée … Mais nos
corps doivent faire l’expérience de Pâques. On ne voit pas Jésus réunir ses
disciples autour d’une table de travail ! C’est plus souvent autour d’un repas et
très souvent en marchant vers les villes et les villages , les traversant pour
annoncer la Bonne Nouvelle : Dieu est proche. La rencontre de Jésus, l’acte de
foi en Lui passe par l’expérience.   L’apprentissage, y compris de la relation à
Dieu et aux autres, passe par notre corps.
Prions pour ces jeunes qui vont marcher, accueillons-les* et si nous le voulons,
marchons avec eux.

                                             

   Gérard Faure

votre curé

 
 

Dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12 novembre, quelques 200 lycéens
marcheront depuis  St André de Cubzac jusqu’à  Bourg en Gironde, en passant
par le chemin des écoliers (normal, se sont des lycéens !). Cette marche se   
faisait autrefois dans la nuit des Rameaux, et nous l’appelions Marche Pascale
des Lycéens. Nous l’appelons  toujours ainsi et nous sommes souvent repris :
« Mais ce n’est pas Pâques » Si, c’est Pâques. Pâques, c’est le passage de la nuit
au jour. L’idéal serait de passer ainsi du samedi au dimanche, premier jour de la
semaine . Tenant compte du calendrier de cette année les organisateurs ont
profité de la proximité du jour férié du 11 novembre,  mais c’est bien par une
messe célébrée à l’aube que ce conclura cette marche qui partira vers 17h 30
de l’église de St André.

Quelle idée ! Marcher toute la nuit ! Mais pourquoi faire ?
Pour faire l’expérience de Pâques. À une époque ou beaucoup de jeunes vivent,
à tort ou à raison, la nuit; les catholiques ont tendance à l’abandonner ! Messes
de minuit à 19 heures, vigiles pascales avant que la nuit soit tombée … Mais nos
corps doivent faire l’expérience de Pâques. On ne voit pas Jésus réunir ses
disciples autour d’une table de travail ! C’est plus souvent autour d’un repas et
très souvent en marchant vers les villes et les villages , les traversant pour
annoncer la Bonne Nouvelle : Dieu est proche. La rencontre de Jésus, l’acte de
foi en Lui passe par l’expérience.   L’apprentissage, y compris de la relation à
Dieu et aux autres, passe par notre corps.
Prions pour ces jeunes qui vont marcher, accueillons-les* et si nous le voulons,
marchons avec eux.

                                             

   Gérard Faure

votre curé