Edito - 9 juillet 2017

"On dira : Frayez, frayez, préparez le chemin, Enlevez tout obstacle du chemin de mon peuple !" Esaïe: 57.14

Comment suis-je sauvé ?

C’est la question sur laquelle Martin Luther a rompu avec l’Église catholique il y a  500 ans. Aujourd’hui  le travail théologique entrepris à la suite du concile Vatican II porte des fruits.

En 1999, les Luthériens et les catholiques signaient à Augsbourg, en Allemagne, un texte commun sur « la justification par la grâce ». Au XVI° siècle, alors que les catholiques insistaient sur la justification par les œuvres, Luther affirmait la primauté de la grâce. En parlant un peu trivialement on pourrait dire ainsi : coté catholique, c’est ce que je fais de bien qui m’obtient le salut. Je serais donc sauvé par mes propres mérites, et par les mérites des autres. Coté luthérien : Seule la foi sauve, seul le fait de croire me sauve, me rend juste.

Il est plus vrai de dire : l’acte de foi me rend juste, et parce qu’il me rend juste, il me permet de vivre autrement, d’agir avec la bonté de Dieu en mon cœur. Et parce que je vis ainsi, je suis encore davantage réceptif, capable de recevoir la grâce de Dieu. Nous entrons ainsi dans un cercle vertueux qui nous fait accueillir efficacement le Salut aujourd’hui .

Cette année, la Communauté Mondiale des Églises Réformées (CMER) signe ce document de 1999. C’est une étape déterminante sur le chemin de l’unité des   chrétiens. Cela signifie que nous reconnaissons des différences entre les églises, mais que ces différences ne sont pas séparatrices. De fait, en levant l’obstacle   théologique qui avait suscité la réforme, de nouveaux jalons sont posés pour    avancer résolument vers l’unité.

Aujourd’hui à Cavignac nous baptisons Camille, jeune catéchumène qui se prépare depuis longtemps.

Nous affirmons, en proclamant la foi de l’Eglise, que la grâce du baptême nous sauve et nous fait changer la vie.

Votre curé, Gérard Faure, à partir d’un article de La Croix 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+